Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92  

 

gerontonews.com

Testez gratuitement pendant 1 mois

testez-nous
ENTRETIENPEOPLE

Sylvain Rabuel, nouveau président de DomusVi, s'inscrit dans la continuité

Sylvain Rabuel, président de DomusVi - Crédit: Franck Dunouau

Aux manettes depuis trois mois, il compte poursuivre dans la lignée des récents choix opérés par le groupe, notamment sur le développement international et l'activité domicile.

Président de DomusVi depuis fin octobre 2019, Sylvain Rabuel, auparavant directeur général des marchés France, Europe et Afrique du Club Med, a organisé une rencontre avec la presse le 31 janvier.
"J'ai passé 15 années formidables au Club Med, c'est une expérience de vie plus qu'un métier. Mais à un moment, j'avais fait le tour du sujet et envie de découvrir autre chose. J'ai eu envie d'aller dans un secteur à fort enjeu d'utilité collective et individuelle", a-t-il expliqué.
"J'ai la chance de rejoindre DomusVi au début d'une phase de transformation considérable, puisque le choc démographique est devant nous", a-t-il observé. "C'est une période extrêmement importante pour l'ensemble de nos métiers."
Reconnaissant ne pas avoir "une connaissance fine des différents acteurs" avant d'arriver dans le secteur -et même ne pas connaître DomusVi-, il a assuré avoir été séduit par "les caractéristiques" de ce groupe commercial d'Ehpad, de services d'aide et de soins à domicile et de cliniques.
"C'est un très grand acteur, mais ce n'est pas le plus grand; cela reste donc un acteur à taille à hauteur d'homme. C'est un acteur franco-ibérique; notre activité en Espagne et au Portugal est aussi importante qu'en France. Et c'est un acteur en plein essor international, donc encore en construction, tout en ayant des racines extrêmement fortes", a-t-il noté, puisque le fondateur de DomusVi, Yves Journel, est encore au capital du groupe, et que "notre branche espagnole a été construite par Josefina Fernández, qui est la directrice générale de DomusVi en Espagne".
DomusVi a mis un pied en Amérique du Sud en novembre 2018. Sylvain Rabuel a approuvé "le choix fait de se porter sur le marché espagnol, puis, tout naturellement, en Amérique latine, qui, par rapport à l'Europe, a un énorme besoin de développer son offre de services et d'accueil". De plus, "c'est un continent qui est culturellement assez proche de l'Europe. Et nous faisons un métier culturel; nous sommes au coeur des familles. Donc, quitte à se développer à l'international, le choix est intelligent d'aller là où le savoir-faire de DomusVi peut être utile, avec une proximité culturelle évidente qui peut rendre les choses plus faciles."
En France, "DomusVi va continuer à faire ce qu'il fait très bien; se développer par lui-même, de façon organique", tout en restant "attentif à toutes les possibilités sélectives et intelligentes de consolidation". "L'année dernière, DomusVi s'est rapproché de Residalya, un réseau de très grande qualité. C'est un bon exemple de ce que DomusVi peut faire", a-t-il commenté.
Concernant l'offre d'aide et de soins à domicile, le groupe a eu comme stratégie d'augmenter fortement le nombre de ses agences et même annoncé son intention de développer un réseau de franchise en mode mandataire, puis la nouvelle équipe dirigeante en France a stoppé le mouvement. "Ce que je constate, c'est que DomusVi a été, il y a plus de 20 ans, pionnier sur le domicile, et que nous sommes, parmi les acteurs privés, le plus en pointe", notamment "avec 20 services de soins infirmiers à domicile (Ssiad)", a-t-il expliqué.
"C'est un actif formidable et c'est cela qu'il faut cultiver", a-t-il lancé, doutant que cela soit "compatible avec la franchise, qui est une démarche différente, de couverture, de volume".
"C'est cet ADN-là que nous devons cultiver pour créer une offre d'accueil et de service la plus intelligente et performante possible, en synergie soit avec les maisons de retraite soit avec les résidences services", a-t-il insisté.
"La stratégie internationale est une bonne stratégie. Sur le domicile, les équipes ont opéré récemment la bonne réorientation, et l'organisation très locale [du groupe], avec une grande autonomie laissée aux directeurs d'établissements" afin d'avoir "une plus grande proximité avec nos clients et nos équipes" est "un choix d'organisation et de fonctionnement que nous allons poursuivre et renforcer", a-t-il résumé.

Une grande stabilité des directions des établissements

Interrogé sur les problématiques de ressources humaines dans le contexte du plan métiers attendu et de la campagne de communication sur les métiers du grand âge à laquelle DomusVi a participé, Sylvain Rabuel a d'abord loué la stabilité des équipes managériales dans les établissements du groupe.
"Dans les premiers établissements que j'ai visités, j'ai rencontré des équipes managériales engagées depuis longtemps. Il y a une très grande stabilité chez les directeurs, leurs adjoints, les Idec [infirmières coordinatrices], les médecins coordonnateurs", a-t-il affirmé, se déclarant "très impressionné par cela, parce que dans le secteur d'où je viens, le tourisme, il y a un turnover très fort".
"Pour nous, le turnover est un mal absolu, car c'est un effort considérable d'intégrer les nouveaux collaborateurs et cela introduit une rupture dans la prise en charge", a-t-il souligné.
Il a évoqué bien sûr les difficultés de recrutement dans les métiers d'aide-soignant et d'auxiliaires de vie. "Le seul moyen de lutter, c'est d'offrir des parcours de formation qui motivent les gens à rester et d'offrir des contrats stables et de longue durée. Mais on voit bien que sur certains de ces métiers, il y a un appel aux contrats courts", s'est-il étonné, relevant que le groupe offrait 85% de CDI et 500.000 heures de formation par an et rappelant que DomusVi avait "dès le début, créé des écoles de formation".
La moyenne d'ancienneté dans le groupe est de 6,3 ans (7,4 ans pour les postes de directions, 6,6 ans dans le secteur de l'hébergement, 7,1 pour les postes administratifs, et 6,2 ans dans les métiers du soin), a précisé le groupe.
Sylvain Rabuel a également mentionné le dispositif lancé en 2019, intitulé "Petites et grandes attentions", qui vise à "apporter à nos équipes une forme de confort au travail pour être plus efficaces, plus épanouies et s'inscrire dans la durée". Il a indiqué qu'il travaillait, "avec les équipes des RH [ressources humaines]" à "enrichir ce programme".
"Les réponses ne sont pas forcément nationales car nous sommes une organisation 'multi-locale'. Il faut qu'on adapte ces 'petites et grandes attentions' aux situations micro-locales pour être pertinents", a-t-il estimé.
vl/sl/cbe/nc

Testez gratuitement pendant 1 mois

Découvrir l’offre

Actualités en rapport avec l'article

Métiers du grand âge: top départ de la campagne de communication

Article 07/01/2020

PEOPLE
Sylvain Rabuel prend la tête de DomusVi

Article 23/10/2019

Personnes âgées et fragiles: la holding d'Yves Journel lève 75 millions d'euros

Brève 01/08/2019

DomusVi en passe de racheter les Ehpad Residalya

Article 20/03/2019

Profitez de toute l’information Gerontonews.com en continu & illimité

  • Articles illimités
  • Dossiers pratiques illimités
  • Newsletter quotidienne
  • Multi-comptes
  • Testez gratuitement pendant 1 mois

Découvrir l’offre

Inscrivez-vous à la newsletter quotidienne gratuite