Une question ? Appelez le 01 48 06 54 92  

 

gerontonews.com

Testez gratuitement pendant 1 mois

testez-nous

Val-de-Marne: un aide-soignant d'Ehpad placé en détention provisoire pour violences sur une résidente

Crédit: Fotolia/BillionPhotos.com

Un aide-soignant officiant à l'Ehpad associatif du Grand cèdre, géré par Adef résidences à Arcueil, est soupçonné d'avoir commis de graves violences sur une résidente de 98 ans. Une caméra cachée dans la chambre par la famille a permis de produire des images qui ont entraîné la comparution immédiate du salarié au tribunal de Créteil ce 15 février. Il a finalement été placé en détention provisoire, avant une audience reportée au 22 mars.

Insultes, maltraitances physiques: les faits décrits par Le Parisien et repris par plusieurs médias nationaux sont glaçants.

D'après le quotidien, un aide-soignant (AS) embauché à l'Ehpad associatif du Grand cèdre, à Arcueil (Val-de-Marne), est suspecté d'avoir commis de graves violences sur une résidente de 98 ans, accueillie dans l'établissement depuis fin 2016 et atteinte de troubles cognitifs.

Le quotidien relate que la famille, alertée par "des hématomes" récurrents sur le visage de sa parente, a d'abord alerté la direction, sans que celle-ci réagisse. Selon le journaliste, les filles de la résidente auraient déclaré s'être vu répondre "qu’il ne faut pas croire tout ce que la vieille femme raconte. Et [que] si elles ne sont pas contentes, il suffit de [la] placer dans un autre établissement."

Elles auraient donc décidé "début février" de placer une caméra cachée dans la chambre de la vieille dame, qui n'a pas tardé à livrer des preuves accablantes, selon les vidéos qu'un journaliste du quotidien a pu visionner.

Les images montrent selon lui l'aide-soignant qui "insulte" et "gifle" la résidente alors qu'elle éprouve des difficultés à prendre ses médicaments.

Le lendemain, "dans la nuit du 6 au 7 février", la résidente, tombée de son lit, aurait appelé à l'aide "pendant 1h45". Finalement parvenu à son chevet, l'AS l'aurait insultée à nouveau et "traînée par les jambes puis par les cheveux, avant de la jeter sur le lit". Selon Le Parisien, les images et les sons laissent penser qu'elle "se prend un coup". La résidente aurait demandé "pitié".

Victime d'une "double fracture du fémur", la vieille dame s'est vu prescrire 90 jours d'incapacité totale de travail (selon le terme consacré) et est actuellement hospitalisée, la cause de la blessure n'étant pour l'heure pas reliée à la chute ou aux actes de l'AS.

Après avoir visionné ces vidéos, la famille a porté plainte et le commissariat du Kremlin-Bicêtre a enquêté auprès des familles des résidents. L'AS a été placé en garde à vue le 13 février et à l'issue, le 14 février en fin de journée, il a été déféré au tribunal de Créteil afin d'être jugé en comparution immédiate ce 15 février.

Selon un autre article du Parisien, confronté aux vidéos par la police, l'AS aurait "tout juste" admis "des insultes", mais affirmé "ne pas [se reconnaître]" sur les images.

Une cellule psychologique mise en place à l'Ehpad

Contacté par Gerontonews ce 15 février, le commissariat n'a pas souhaité faire de commentaire.

Sollicité les 14 et 15 février, Adef résidences, le gestionnaire de l'Ehpad, a diffusé un communiqué disant "déplorer un acte de violence insoutenable survenu dans la nuit du 6 au 7 février commis par un professionnel de nuit" de l'Ehpad. "Il s’agit d’une maltraitance grave commise à l’encontre d’une résidente", a-t-il ajouté.

Le groupe déclare avoir "mis à pied le salarié dès connaissance des faits" et signalé "l'acte de maltraitance" à l'agence régionale de santé (ARS) et au procureur de la République.

Il a aussi précisé que "la direction de l'Ehpad [que Gerontonews n'a pu joindre] a immédiatement informé l’ensemble des résidents et familles et reste, plus que jamais, mobilisée pour les accompagner" ajoutant que "des réunions" devaient être organisées le 14 février. Par ailleurs, "des mesures ont été prises pour soutenir les salariés profondément affectés", notamment la mise en place d'une "cellule d’écoute psychologique".

Un acte a priori isolé

Le groupe a confirmé à Gerontonews les points décrits dans le premier article du Parisien, excepté les scènes décrites dans les vidéos, qu'"aucun collaborateur d'Adef résidences" n'a visionné.

Concernant la gestion de la première alerte lancée par la famille, le groupe répond que "les propos sont sortis du contexte" et que "à aucun moment" la direction n'aurait répondu que la résidente pouvait aller dans un autre Ehpad. Concernant la présence "d'hématomes" sur le visage de la vieille dame, et la réaction des professionnels et de la direction, le groupe a renvoyé à l'enquête en cours.

Il a confirmé que l'AS travaillait dans cet établissement depuis neuf ans, que ses références avaient été vérifiées et qu'aucun autre membre du personnel ne soupçonnait un tel comportement. Cet AS accompagnait même les nouveaux salariés à leur prise de poste.

Selon Adef résidences, les premiers éléments de l'enquête ne montrent a priori qu'aucun autre des 85 résidents ne serait concerné par des violences commises par ce salarié, ou par d'autres membres du personnel.

Contacté par Gerontonews ce 15 février en fin de journée, le parquet de Créteil a indiqué que l'AS avait sollicité lors de sa comparution un renvoi de l'audience, afin de préparer sa défense. Elle a été reportée au 22 mars. L'AS a été placé en détention provisoire jusqu'à cette date.

Adef résidences a indiqué s'être constitué partie civile.

cbe/ab

Testez gratuitement pendant 1 mois

Découvrir l’offre

A lire aussi

Guadeloupe: le centre gérontologique régional Jacques-Salin va faire peau neuve

Brève 23/08/2019

ENTRETIEN
Aide au transfert, tenues civiles...les actions d'un directeur d'Ehpad creusois

Article 22/08/2019

Hauts-de-France: des professionnels d'Ehpad formés au risque suicidaire

Article 19/08/2019

CONGRÈSENTRETIEN
Développement durable et RSE: les recettes de l'Ehpad Massy-Vilmorin

Article 14/08/2019

Profitez de toute l’information Gerontonews.com en continu & illimité

  • Articles illimités
  • Dossiers pratiques illimités
  • Newsletter quotidienne
  • Multi-comptes
  • Testez gratuitement pendant 1 mois

Découvrir l’offre
http://cerig.fr/

Inscrivez-vous à la newsletter quotidienne gratuite


https://congres-ages-vieillissement.fr/2019/?pk_campaign=pub&pk_kwd=apmnews1